Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thyssenkrupp: on lache rien !

par Alain Pagano 8 Avril 2015, 08:14

Quel contraste ! Nos parlementaires de Maine et Loire son fort peu combatifs sur la question de l'emploi à Thyssenkrupp. Ils se résignent fort vite à la suppression de 258 emplois !

Pierre Laurent, sénateur de Paris et secrétaire national du PCF est venu à Angers le 6 mars, a rencontré, entre autres, les salariés de Thyssenkrupp... et leur a promis d'intervenir.

Voici ci dessous la question qu'il a posé au ministre de l'économie ...

Site de TKEMF à Angers

Question écrite n° 15745

Par Pierre Laurent, Sénateur Communiste de Paris / 7 avril 2015

M. Pierre Laurent attire l’attention de M. le ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique sur la situation de Thyssenkrupp elevator manufacturing France (TKEMF) en général et sur le site d’Angers dans le Maine-et-Loire plus particulièrement.

TKEMF conçoit et fabrique les nouvelles installations ainsi que les solutions de modernisation pour le marché de l’ascenseur. Aujourd’hui l’usine d’Angers produit des ascenseurs pour le marché français, européen et mondial. Elle fabrique un modèle d’ascenseur moyen de gamme particulièrement adapté au marché européen. Elle dispose également d’un équipement industriel en tôlerie unique dans la région des Pays de la Loire. TKEMF est par ailleurs une filiale de Thyssenkrupp ascenseurs France (TKAF) qui est particulièrement lucrative en termes de profit grâce à la maintenance et à la modernisation du parc.

Malgré tous ces atouts TKEMF est handicapé depuis plusieurs années par des mauvais choix industriels de la direction du groupe en Allemagne. Celle-ci a décidé de réduire le périmètre de vente de leurs produits, mis en place un service après-vente très mal organisé et réduit la force de vente par un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) chez les personnels concernés. À cela s’ajoute un retournement de conjoncture en matière d’immobilier.

Au lieu de prendre des mesures remédiant aux erreurs passées la direction du groupe annonce le licenciement de 258 salariés sur les 440 travaillant sur le site d’Angers. Cela ne peut qu’aggraver les difficultés de l’entreprise et va considérablement renforcer les difficultés rencontrées sur le bassin de l’emploi angevin avec toutes les conséquences sociales afférentes.

Les salariés et leurs représentants, conscients des difficultés de leur site, proposent des solutions pour y remédier. Parmi elles figurent la poursuite de la fabrication de l’ascenseur moyen de gamme, la fabrication de composants qu’elle achète aujourd’hui ailleurs et l’accélération du projet de collaboration avec d’autres sociétés situées dans les Pays de Loire.

Pour toutes ces raisons il lui demande ce que les pouvoirs publics comptent entreprendre en vue de favoriser le dialogue social participant à un projet industriel cohérent visant à satisfaire l’intérêt général et la sauvegarde des emplois. Cette démarche serait d’autant plus légitime et cohérente que l’entreprise a reçu rien qu’en 2014 de nombreuses aides publiques dont 465 000 euros de crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) et 115 000 euros de crédit d’impôt de recherche (CIR).

Oui, bonne question ... Que font les pouvoirs publics ?

Quand le parlement adoptera t'il une loi anti-licenciements boursiers ... qui faisait partie des engagements de campagne du candidat Hollande en 2012 ?

N'est il pas temps de conditionner les aides aux entreprises à de la création d'emploi à l'image de ce que fait la région Pays de la Loire.

Voilà quelques questions additionnelles qui méritent un examen urgent par le Parlement car les salariés sont toujours trop nombreux à rejoindre Pole Emploi.

commentaires

Haut de page