Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Poursuivre l'activité aux ardoisières de Trélazé !

par Alain Pagano 29 Novembre 2013, 11:37

La direction des ardoisières de Trélazé a annoncé la fermeture définitive du site et la suppression des 153 emplois restants. Au moment où ces lignes sont écrites, se tient le C.E. qui va présenter le plan de la direction. Cette annonce a créé beaucoup d’émoi, de bouleversement, de colère.

La direction a, en partie, réussi son coup, celui de faire croire à l’opinion publique qu’il s’agissait d’une décision de bon sens, appuyée sur l’argument fatal de l’épuisement des ressources en ardoise. Les réactions politiques ont été nombreuses pour regretter cette décision, mais, sans la contester, plutôt pour présenter des condoléances aux mineurs.

Seuls le PCF, avec son communiqué de presse (voir article précédent de mon blog), la CGT, et le NPA ont contesté la fermeture. Dans ce contexte très morose, il y a 2 bonnes nouvelles : la première c’est que les ardoisiers sont combatifs, et c’est là le plus important, et la deuxième, c’est qu’ils possèdent de solides arguments pour présenter un plan alternatif.

Il est faux de dire qu’il n’y a plus d’ardoise. Dans les puits actuels, comme dans des sondages qui ont été fait récemment pour trouver de nouveaux gisements. Il y a donc possibilité de poursuivre l’activité sans délai. Cela nécessite évidemment des investissements. Pour information, le groupe Imerys, propriétaire des ardoisières donnait plus de 110 millions d’euros aux actionnaires sur la seule année 2012. A qui fera-t-on croire qu’il n’est pas possible d’investir et de poursuivre l’activité ?

Si dans un premier temps chacun a été assommé par la nouvelle, la mobilisation s’organise. Le communiqué du PCF 49« l’ardoise a de l’avenir », comme l’intervention des ardoisiers CGT faisant des propositions alternatives ont interpellé l’opinion. Plusieurs appels vont dorénavant dans ce sens : Phylippe Cayla, universitaire, le communiqué de la section Trélazé du PCF, l’intervention de Gilles Ernoult (conseiller municipal PCF, d’Hervé Sabba (représentant les mineurs CGT) et de Jean Bertholet (maire honoraire de Trélazé) au conseil municipal de Trélazé, le soutien de Pierre Laurent, sénateur et secrétaire national du PCF et de Philippe Denis, président du groupe communiste au conseil régional des Pays de la Loire, celui de Jean Paul Plassard conseiller régional honoraire. Il est à noter que le maire de Trélazé s’engage auprès du ministère du redressement productif pour faire vérifier par expert la véracité de l’argument de l’épuisement du gisement. Tout cela est positif.

La construction d’un rapport de forces favorable à la poursuite de l’activité pour des raisons humaines, économiques, écologiques et patrimoniales est l’objectif premier. Le PCF 49 y mettra toute son énergie.

commentaires

Haut de page